Une erreur est survenue dans ce gadget

samedi 25 décembre 2010

New-Zealand - Aotearoa

Kia Ora !
Même pas une semaine que je suis parti, déjà tant à raconter ! La faute à des sites d'exceptions, la Nouvelle-Zélande semble tellement riche et variée, entre plages, glaciers, volcans, vertes prairies, sources thermales, grottes et j'en passe.
Reprenons par le début :
Lundi, j'ai embarqué dans le bus de la compagnie Stray avec une quinzaine d'autres gaillards : 2 Suédois, 1 Irlandais, 2 Français, 2 Hollandais, 2 Allemandes, etc. Un peu le même paysage qu'en Australie.
La première journée nous a conduit au bord du Pacifique, à Coromandel qui possède une plage nommée Hot Water Beach.

Hot Water Beach

Mais que font tous ces gens entassés dans un trou de sable ? La particularité du lieu est de posséder une source thermale juste en-dessous de la plage. 2h avant et après la marée basse, les gens se ruent sur la plage pour se creuser leur propre jacuzzi qui viendra se remplir de l'eau thermale pouvant atteindre une température de 75°C, attention où vous mettez les pieds, ça brûle !!
Après cette attraction locale, unique au monde, mais quelque peu surpeuplée, nous nous sommes rendu à Hahei et Cathedral Cove, une arche que vous avez peut-être déjà vu en image (ou même en vrai, Yann, Julien, Sarah ?) et qui a été formée par l'érosion des marées. Le temps ce jour-là était malheureusement passablement couvert…

Cathedral Cove

Après un barbecue et une nuit de sommeil, la destination du jour fut Raglan, le paradis des surfeurs avec des vagues de classe internationale. Pour ma part, j'ai préféré faire l'aventurier dans la rainforest, particulièrement dense et rendue glissante par toutes ces pluies.

Life Is A Jungle

Heureusement, le sauna de la résidence était là pour nous délasser et nous réchauffer après coup.

Le principe de Stray est de vous conduire "further off the beaten track" en vous proposant les activités du prochain lieu et réservant pour vous le prochain hostel. Par exemple vous proposer entre franchir une chute d'eau de 7m en rafting, se retrouver dans une grosse boule en plastique et dévaler un talus (zorbing), visiter un village géothermique maori, aller dans un spa Top10 in the world, alors que l'activité populaire de l'après-midi est un skydive de 15'000ft.
L'activité de la veille fut 4h de spéléologie dans les Waitomo caves : on vous emmène dans un hangar au milieu d'un champs de moutons pour vous équiper d'une combinaison, de bottes et d'un casque avant de se rendre à l'entrée de la grotte. Le reste qui suit n'est qu'aventure :
Le premier palier est de descendre en rappel la cascade de 22m pour parvenir au fond de l'excavation. Une fois fait, on suit majoritairement le cours d'eau qui s'enfonce dans les entrailles de la terre. Cela comprend ramper dans des boyaux à moitié inondés, descendre le long des chutes avec l'eau qui vous martèle le casque avant de s'insinuer dans le cou, escalader la parois, se tortillonner dans la roche, etc. Chaque pas est une épreuve, guidée seulement par la lumière de la lampe frontale, jusqu'à ce qu'on nous demande de l'éteindre… et de se rendre compte que la grotte abrite des glowworms, qui luisent d'une lumière électrique ! (Non, ça ne veut pas dire qu'ils ont des piles). C'était une expérience vraiment exceptionnelle, descendre jusqu'à 80m sous terre le long d'un fil d'eau gorgé des pluies précédentes !
Programmée ce même soir, la Maori Cultural Experience, avec repas, rituels et chants maoris, apprentissage du haka, la même danse guerrière des All Blacks, et nuit dans la salle commune. Le haka qu'on a donné en représentation fut un désastre, mais qu'est ce qu'on a rit.

Haka

Depuis, j'ai sauté du bus à Rotorua, une cité thermale à l'odeur d'oeuf pourri. Le coin habite de nombreux lacs, une forêt et quelques parcs à l'intense activité géologique : hier nous avons visité Wai-O-Tapu, qui contient sur 16km2 des geysers et des lacs acides et bouillonnants aux couleurs mirobolantes, tel que vert, jaune, orange, turquoise, etc.

2010.12.24_Wai-O-Tapu-57

Waimangu est une vallée crée par l'éruption du Mt Tarawera en 1886 et qui contient Frying Pan Lake, la plus grande source d'eau chaude du monde et Inferno Crater Lake au bleu irréel, à la température de 80°C et au pH de 2.1

2010.12.24_Waimangu-14

J'espère que vous avez lu mon pavé jusqu'au bout, je pourrais en écrire plus mais je ne voudrais pas vous ennuyer plus longtemps avec des sites uniques au monde qui risque d'attirer trop de jalousie sur ma personne.

Joyeux Noël !

R_


PS : Dites-moi si vous préférez les photos dans le texte ou qu'elles s'affichent en surlignant les mots du texte comme avant ?

Rotorua

dimanche 19 décembre 2010

Auckland_


Auckland, avec ses 1.4 millions d'habitants, regroupe presque 1/3 de la population Néo-Zélandaise à elle-seule. Cette cité, où deux mers se rejoignent (Tasman Sea & Pacific Ocean), est également la ville la plus étalée du monde, avec une superficie deux fois supérieur à celle de Londre (qui comporte plus de 7mio de Londoniens).
Vendredi, j'ai fait un tour gratuit de la ville avec Stray, une compagnie de bus qui organise des circuits dans toute la Nouvelle-Zélande, au même titre que Kiwi Experience ou Magic.
On a commencé par visiter la Sky Tower, la plus haute tour de l'hémisphère sud. La Nouvelle-Zélande étant réputé pour être le pays des sensations fortes, la Sky Tower offre deux activités déconseillées aux personnes sujettes au vertige : parcourir les 360° de la tour sur une passerelle extérieure de 1.2m de large, et sans barrière s'il vous plaît, ou de sauter les 192m accroché à un filin dans le dos avant d'atterrir à la base 15 secondes plus tard.
Après la visite de la tour, nous sommes allé au port (Auckland, city of Sails) pour voir le Black Magic, le fameux voilier de l'America's Cup. Les Néo-Zélandais ont sont toujours aussi fiers et ne portent pas vraiment Alinghi dans leur coeur. C'est donc la première et dernière fois que je gueule Alinghi en présence de Kiwis si je veux rester copain.
Ensuite, nous nous sommes rendu au sommet d'un petit volcan surplombant la ville. C'est un petit cratère de la même hauteur que la Sky Tower recouvert de verdure et ça aurait été un joli lookout sans le stratus plombant tout le paysage.
Le Hamilton Viaduc fut notre prochaine destination, seul pont reliant le nord du sud de la ville, je vous raconte pas les embouteillages... Un second pont, voire un tunnel est à l'étude.
La construction est aussi fameuse pour pouvoir marcher sur sa structure ainsi que son saut à l'élastique : 40 mètres et vous faites mouillette au bout.
De retour au bus, le fils du chauffeur Maori nous a faite une petite démonstration de Haka.
Une expérience culturelle avec les Maoris avec apprentissage du Haka est incluse avec Stray.

J'ai donc acheté le Max Pass afin de visiter les deux îles en profitant de l'offre de Noël à demi-prix (Better than a fat guy with a big sack, proclame le slogan). Et le départ est pour demain matin... Sweet As !

La ville exhibe l'exposition Earth From Above du photographe Yann-Arthus Bertrand. Les photos sont vraiment splendides et sont à chaque fois accompagnées d'un descriptif relatant les quelques "préoccupations" touchant notre planète terre. C'est plus dur de prendre des douches de 4min quand il n'arrête pas de pleuvoir ou avec 30cm (ou plus?) de neige dans le jardin, mais je vous sais responsables.

Je vous souhaite déjà un Joyeux Noël, même si je dois vous avouer que je ne suis que peu touché par la féérie de Noël ici. Les bonnets rouges, les chansons de Noël dans les commerces ou les faux sapins enguirlandés en bord de plage, ce n'est pas quelque chose qui me transporte.

R_

Auckland by night_

vendredi 17 décembre 2010

Auckland_

Me voila à Auckland en Nouvelle-Zélande.

(article détaillé à suivre)

Auckland_

Cairns, when the Rainforest meets the Reef_


C'est avec mon vol retardé pour la Nouvelle-Zélande que j'écris le dernier article concernant le nord de la côte est : Cairns.
Originellement bâtie en raison de la culture de canne à sucre, Cairns est aujourd'hui une cité fort touristique pour deux raisons listées au patrimoine mondiale de l'UNESCO : la Grande Barrière de Corail et la Rainforest (forêt pluviale, euh…).
De multiples tours opèrent de multiples destinations, en vrac : Kuranda, Atherton, Cap Tribulation si vous voulez voir du vert, Green Island, Palm Cove, Double Island si vous voulez voir du bleu.
Avec Olivia qui m'a fait l'immense plaisir de me rejoindre, nous nous sommes rendu à Kuranda, village au milieu de la forêt tropicale. Ici, c'est plus le voyage qui compte plutôt que la destination. Voyez plutôt : embarquez dans un pittoresque train aux sièges en cuir bordeaux et lambrisure qui chemine au milieu de la Rainforest, franchissant ponts et tunnels pour vous dévoiler de magnifiques chutes d'eau, tout ça durant 1h45.
Kuranda ne manque pas de charm pour mutant, avec ses marchés, sees smoothies, sees boutiques d'opales, son sanctuaries de papillons ou son spectacle aborigine.
Pour le retour, ne manquez pas de prendre le skyrail, un télécabine de 7.5km qui vous transporte en-dessus de la canopée pendant 40min, avec deux arrêts pour vous balader au milieu des gigantesques arbres avant de rentrer à Cairns.

La Grande Barrière de Corail, qui risque de disparaitre d'ici 25 ans des causes du réchauffement climatique et de l'acidification des océans, est accessible en 2h de bateau depuis Cairns. Naviguant à bord du Passions of Paradise, on comprend pourquoi l'excursion a reçu de nombreuses distinctions : après un café et quelques mini-muffins, snorkelling dans le meilleur équipement prêté jusqu'à présent au milieu de Breaking Patches, un récif réservé aux passagers. L'eau est absolument cristalline, les coraux se révèlent sous le soleil éclatant, effleurant presque la surface tandis que les poissons, plus nombreux que dans un aquarium, vous nagent autours.
Après un délicieux buffet, départ pour Michaelmas Cay, une île de sable hébergeant une immense colonie d'oiseaux. Autours, les plus chanceux apercevront tortues, string raies, et reef sharks.

Cairns n'est pas en reste, avec ses nombreuses boutiques de marque de surf, de petites robes et didgeridoo, ses restaurants et cafés cosy et abordables, son Esplanade avec lagon artificiel en bord de mer ainsi que ses backpacks dispatchés en ville, les meilleurs marchés de toute la côte (10$ la nuit, avec petit déjeuner et free passa or rice, bar, piscine et terrain de beachvolley).

R_

Rainforest_

Mission Beach_


A 2h au sud de Cairns, Mission Beach s'est forgée sa réputation dans l'adrénaline : la chute libre et le rafting. Les plus aventureux (et qui ont le budget pour), s'élanceront de 14 000ft pour 50 secondes de chute libre, 5 minutes sous la voile du parachute à apprécier calmement la vue avant de se poser sur la plage, seul site autorisé à faire ça.
Ceux qui veulent plus se mouiller descendront la Tully River, beaucoup trop turbulente pour héberger des crocodiles, la préférée des rafteurs australiens.
Les explorateurs et amoureux de la nature iront quand à eux à la recherche d'un des derniers mille cassowary restant, un mixe entre une autruche et un didon.
Ceux qui cherchent plus de calme dormiront à Absolute backpacker, vraiment propre et douillet et au staff accueillant. La navette vient même vous chercher à l'arrêt de bus pour vous conduire au backpack, à 200m de là.
L'après-midi sera consacré à bronzer le long des 14 kilomètres de plage, et même qu'ils rigolent si vous leurs demandez s'il y a plusieurs plages.
Dunk Island est à seulement 4km de là, et le Taxiboat sera ravi de vous y emmener, à moins de préférer un tour en kayak. L'île héberge un très joli village de vacance en bord de mer, un aérodrome, des sentiers et des plages bucoliques. Malgré la tentative de snorkelling qui fut un désastre aussi grand que sur Magnetic Island.

R_

Mission Beach_

samedi 4 décembre 2010

An Attractive Island_

Magnetic Island, surnommée ainsi pour avoir affolée la boussole du Captain Cook après son passage aux Whitsunday Islands, baigne au large de Townsville. Avec 320 jours de beau par année, j'ai enfin réussi à avoir 3 jours d'affilée sans pluie ! Maggie, comme l'appèlent affectueusement les insulaires, est connue pour ses sentiers, ses criques désertes et de nudistes ainsi qu'à sa variété de faune locale, comme les koalas, les opossums ou les rock wallabies, ainsi qu'une pléthore de volatiles. Les panneaux solaires abondent également sur le site le plus ensoleillé du Queensland : ici, ils ont compris qu'un patrimoine mondial (et même deux : la Great Barrier Reef et la Rain Forest) ne se protégeait pas en interdisant les énergies renouvelables, Franz Weber, si tu me lis…

Je me suis réfugié deux nuits à Base Backpackers Hostel, superbe accommodation les pieds dans le sable à deux pas de Picnic Bay, au sud de l'île. Le lieu est réputé pour ses Full Moon Parties et propose des activités chaque soir, comme jouer au Bingo (Loto) ou soirée Lady Boy. Vous avez une chance sur deux de deviner à laquelle j'ai participé.
Après avoir appris que le vol d'Olivia était annulé à cause de la neige paralysant Cointrin, mis 45min à me cuire deux oeufs, et n'ayant plus de vélo en location en stock, je me suis décidé à marcher jusqu'à Florence Bay, connu pour être le meilleur spot de snorkeling.
2h30 plus tard, et une tong cassée en cours de route, j'avais les palmes dans l'eau. Evidemment, le masque fuyait et j'ai réussi à casser la fixation du tuba du masque qu'une Allemande m'a prêtée… Dois-je vous préciser que c'était marée basse et qu'hormis des algues, il n'y avait rien de vivant dans les parages ? Juste une stinger raie a montré le bout de ses ailes, ce fut toujours ça. Je ne lui ai pas marché dessus non plus, je n'ai pas besoin de rentrer dans la légende comme Steve Irwin.
Abandonnant toute idée de baignade, j'ai continué la randonnée jusqu'au Fort, érigé pendant la Seconde Guerre Mondiale afin de protéger Townsville et environs des Japonais, à 7h de bombardier de là. La marche fut couronnée par l'apparition de deux wallabies, la vue du Fort, un koala et le lâchage de ma deuxième tong, décidement.

Au final, Magnetic Island est une destination enchanteresse pour les amateurs de climat tropical, de trekking, de plages désertes et de koalas. Les paresseux peuvent louer une Topless car et se baigner dans les zones protégées des stingers, les fameuses méduses.
L'île se trouve à deux brasses de la Greet Barrier Reef, et si ça ne suffit toujours pas aux plongeurs, de nombreux navires ont sombré autours de l'île (encore un problème de boussole ? Je ne sais pas), dont la Yongala Shipwreck, élue meilleure épave d'Australie. Introuvable durant 50 années, tout est resté en état, y compris les reliques des 122 naufragés.

R_


PS : Cette fois ne partez pas sans laisser un commentaire, je suis aussi curieux de savoir qui me lit et avoir des nouvelles de Suisse et d'ailleurs :)

mercredi 1 décembre 2010

The Boat That Rocked_


C'est à bord du Spank Me, fameux voilier de course qui gagna une fois la régate Sydney-Hobart, que j'ai mis les voiles pour les Whitsunday Islands. Les Whitsundays est un archipel de 74 îles tropicales (dont seuls 4 n'ont pas obtenu le titre de parc national) au sable extra fin et à l'eau turquoise. La plus fameuse plage est la Whitehaven Beach, à la silice la plus pure du monde.
Pour s'y rendre, Airlie Beach est une cité portuaire de plus de 80 voiliers et autres vaisseaux organisant des excursions sur généralement 1, 2, 3 jours.
Le mieux est de réserver un tour directement en ville, en attendant des rabais substantiels sur les places vacantes. J'ai ainsi obtenu un séjour s'étalant sur 4 jours, ainsi que 2 nuits gratuites à Airlie Beach plus le stockage de mes bagages et 1h de hi-fi pour $370 alors que le prix était $70 supérieur à Agnes Water 2 jours avant pour le même navire, sans tous les petits extras.

C'est donc à bord du Spank Me qu'on a fait cap sur ces îles de rêve, pour la majorité inhabitées. Pour l'anecdote, l'une d'elle abrite le gagnant du "plus beau job du monde", soit habiter pendant une année sur une île déserte pour la promotion du Queensland et du patrimoine local.
Après avoir ancré au large de la Whitsunday Island, la plus grande de l'archipel, nous avons fait route le lendemain matin pour Inlet Point, le plus fameux lookout du coin, même si malheureusement le temps était plutôt nuageux et la vue pas aussi impressionnante qu'escomptée. L'après-midi fut consacrée au snorkeling, diving, bronzette suivi de la descente de quelques litres de goon (généralement des cubis de blanc de 4l, meilleur rapport qual.. euh, juste le prix à vrai dire) ou autre booze, soit une activité fort prisée sur un voilier.

Le lendemain, les 36 mètres de voilure nous emmenèrent à la fameuse Grande Barrière de Corail. Située à une quarantaine de kilomètres après la dernière île, les poissons n'attendaient que de se faire observer (ou c'est plutôt nous qui passions pour folklore, dépend du point de vue). J'ai néanmoins eu l'occasion de voir multitudes de poissons multicolores, du mini-mini jusqu'au massif de passé 1m qui t'épie si tu n'as quelque chose d'appétissant pour lui (un doigt par exemple, ça peut arriver qu'il essaye de gouter). J'ai également eu la chance de voir une demi-douzaine de requins des récifs, une raie aux ailerons jaunes nageant de conserve ainsi que Nemo et son papa. J'ai regretté de ne pas avoir de caméra étanche, mais le caisson qu'ils vendaient $400 à Airlie en vaut moins de $100 sur eBay…
Pour la dernière matinée, notre skipper Chris nous déposa sur le spot le plus spectaculaire des Whitsundays, qui valaient bien la Great Barrier Reef pour son décors et sa quantité de faune maritime. Heureusement que nous fîmes ancrage sur place la veille et apte à plonger à 7h, car il est assez… particulier de se trouver émerveillé par un véritable aquarium géant avec poissons partout, lever la tête de l'eau pour chercher un pote et se voir entouré par une quarantaine de tubas fluos et un chassé-croisé de navettes…

De retour sur le plancher des vaches, la soirée fut encore arrosée par le traditionnel pot partagé entre les 26 moussaillons et où les différents équipages débarquant le même jour se défient aux jeux à boire. Néanmoins, nous étions plutôt rodés (on va dire qu'une bonne proportion d'Allemands, d'Allemandes, et d'Anglais-es ça aide aussi) et que donc le Spank Me tient sa réputation de mettre la fessée aux autres !

R_

2010.11.26_Airlie Beach-11.jpg