Une erreur est survenue dans ce gadget

samedi 11 juin 2011

Northern Territory : Des termitières grosses comme les crocos

Je vous avais laissé à Alice Springs, la plus grande ville de l'Outback et première cité rencontrée du Northern Territory. La bas, j'ai embarqué Innes dans le van, une anthropologue jamaïcaine travaillant avec la communauté aborigène locale. Je vous avais dit combien je me sentais désemparé en voyant les indigènes errer dans la rue et grâce à Innes j'ai pu en apprendre un peu plus. Il fut un temps pas si éloigné où les Aborigènes étaient interdit en ville après 19h, exploités dans les fermes ou délogé de leur terre ancestrale pour élever du bétail à la place, privés de droits et non-considérés comme égaux face aux occidentaux. Ce qui a abouti en alcoolisme et violence domestique tout comme avec les Amérindiens. Innes s'occupe d'un programme d'activités extra-scolaire pour aider les jeunes Aborigènes à faire leurs devoirs, s'amuser et développer leurs capacités et leur confiance en eux, notamment au travers de la musique ou de la jonglerie.
C'est en bavardant que nous avons parcouru 1200km jusqu'à Katherine, en passant par les pittoresques Devils Marbles.

J23 / Lifestyle : The Grey Nomads
Camping au Devils Marbles

De là, je me suis rendu au Parc National de Litchfield, une centaine de kilomètres au Sud de Darwin. Le parc s'est rendu fameux pour ses termitières magnétiques et ses bassins sans croco (dépend de la saison et du tour de cuisse des baigneurs) au pied de chutes d'eau digne de pub Ushuaia. Non, il n'est pas possible de décorer les termitières magnétiques d'aimants comme sur la porte du frigo. Si on les appelle ainsi c'est parce que les petites bêbêtes ont construit leur demeure alignée suivant un axe Nord-Sud afin de thermoréguler l'intérieur en fonction du vent et du soleil. On dirait un vieux cimetière aux tombes croulantes.

J26 / Thème libre : Les Termitières Magnétiques
Les termitières magnétiques du Litchfield

Les termitières sont hautes d'environ 1m50, ce qui n'est rien comparé à un autre type de termites qui façonnent leur dôme culminant jusqu'à 6m ! De quoi se sentir petit à côté de ces insectes ! (Est-ce que ce sont des insectes ? Détrompez-moi)
Bien que le parc vaut le détour, je me suis senti un peu patraque ce jour-là. Je pense que c'était le contre-coup d'Uluru et Kings Canyon ainsi que 3 jours à rouler plein pot sur une route sans virage. C'est ça de réaliser ses rêves, mais comme m'a dit mon papa, l'important est de toujours en avoir de nouveaux.

Enfin, je suis rentré dans ma bonne humeur habituelle en arrivant à Darwin et retrouvant les Français Anne-So et Guillaume avec qui je voyage depuis Port Augusta ainsi que Nicolas, le vigneron de Bourgogne.
Darwin n'est pas grand mais c'est ici que j'ai été le plus impressionné par les souvenirs que l'on peut trouver, entre cuir de croco décliné en ceinture, porte-feuille ou sac à main et peintures aborigènes authentiques et certifiées.

Deux jours plus tard, nous avons fait route pour le connu et reconnu Kakadu National Park qui s'illustre au Patrimoine Mondial de l'UNESCO pour sa valeur naturelle et culturelle, avec des peintures rupestres aborigènes vieilles de 20 à 50'000 ans ! Les Pharaons n'avaient pas érigés leurs pyramides que les Aborigènes peignaient déjà des thylacines (aussi appelé diable de Tasmanie) et autres bricoles sur les murs.

2011.06.02_Kakadu-32
Art aborigène à Ubirr, Kakadu National Park

Aujourd'hui le parc est conjointement géré entre le Gouvernement Australien et les Indigènes, avec une entrée du parc à 25$ et des douches à chaque camping principal (10$ la nuit). Mais le parc vaut clairement une visite sur 3-4 jours, et même plus si vous avez un 4x4. L'attraction la plus célèbre est probablement Jim Jim Falls, une vertigineuse chute d'eau seulement accessible pendant la Dry, la saison sèche. Et cette année la Wet fut tellement wet que le chemin accessible uniquement en tout terrain restait impraticable début juin…
Néanmoins il reste de superbes endroits à visiter comme Ubirr dans l'East Alligator Region qui recueille des joyaux d'art rupestre comme la photo d'avant ou le lookout avec vue sur une plaine inondée pendant la Wet.

J30 / La Carte Postale : Kakadu NP
Couché de soleil sur la Nadab floodplain

Mais pour moi le site qui fait la différence se trouve à Gunlom. Après 37km d'une affreuse route gravillonnée qui voulait mettre le Wombat en charpie et mes nerfs en pelote se trouve une jolie chute d'eau d'une soixantaine de mètres. Le profond bassin formé à ses pieds recueille les baigneurs qui n'ont pas peur de faire face à un saltwater crocodile. Ces dangereuses bestioles pouvant atteindre 7m s'illustrent pour leur agressivité et contrairement à ce que fait penser leur nom, ces crocodiles des estuaires (l'autre nom donné) nage aussi bien dans les embouchures d'eau salée que les criques et billabongs de tout le nord de l'Australie, Sud-Est Asiatique et Inde. Et je vous assure que nager dans une eau verte qui vire bien sombre dans sa partie profonde fout les jetons. Tout mauvais nageur que je suis, j'ai pris le paris qu'avec la 50ène de baigneur quotidien (à vue de nez) qu'abrite Gunlom, ça aurait été pas de bol qu'un Saltie soit venu pendant la nuit, évité les pièges et qu'il ait faim juste à ce moment-là.

J29 / Thème libre : les crocodiles
Un bébé "saltie" (dans un aquarium)

Mais c'est tout de même avec bonheur et délectation que je suis sorti intact de l'eau avant de grimper à un des plus bel endroit du parc : le sommet de la chute d'eau. Après un petit kilomètre d'escalade, la rivière, avant de se jeter dans le vide, à creusé de jolis bassins (sans croco) qui forme comme des jacuzzis valant des millions avec une fabuleuse vue sur le contre-bas. L'eau délasse et la vue régale.

J33 / Scène de vie : Baignade à Gunlom
Le haut de la chute d'eau de Gunlom : bassins naturels et vue sans prix.

Si vous avez des sous à dépenser, quelques activités valent la peine comme un tour en avion en-dessus des Jim Jim Falls, une croisière pour voir les crocodiles sur la Yellow Water, acheter des souvenirs à la galerie de Warradjan Aboriginal Culural Centre ou, comme j'ai fait, un tour de nuit sur un billabong. Comme je ne me suis pas fait mordre et qu'aucun crocodile n'ai voulu pointer le bout de son museau, il a bien fallu payer pour les voir quelque part. On s'est donc rendu à Muirella avec les Français pour 3h d'activité avec la communauté locale, entre culture indigène, jet de lance, souffler dans un didgeridoo et pour finir, un tour en bateau à fond plat dans le billabong du coin. Notre guide aborigène était muni d'une grosse torche et pointait tout ce qui était digne d'intérêt.

2011.06.03_Kakadu-19
Tour de nuit dans un billabong, à la recherche des crocos.

On y a surtout vu des oiseaux qui dormaient dans les arbres, mais pour finir un crocodile, un saltie, un vrai (enfin, on a peut-être pas vu la ficelle qui le tirait) ! Un petit de 3m, mais on a fini par en voir un dans la nature ! Avec les yeux qui luisent et son long museau !

Après Kakadu, j'ai du faire mes adieux aux Français qui vont rallier la côte Est à bord de leur wicked tandis que moi je suis parti complètement à l'Ouest. J'espère que tout se passe bien pour eux, avec la direction qui tremble, les pneus usés à la corde et les autres fantaisies fournies par la plus populaire location de van en Australie.
Pour ma part, le Wombat a fièrement rallié les 300'000km d'existence et se porte toujours comme un charme.

J36 / Détail du quotidien : 300'000km, un score normal pour un van australien
300'000km, un score normal pour un van australien.

J'ai donc franchi la frontière du Western Australia, avec contrôle de quarantaine qui interdit l'importation de tout fruit, légume et même miel provenant d'un autre état (si un douanier me lit, j'ai fraudé une demi-gousse d'ail dans le rouleau de papier d'alu). Et soustrayez une heure et demi de moins au cadran. Hé oui, c'était agréable dans le NT, mais dans le WA le soleil se couche de nouveau à 17h. Foutus Aussies.

Allez, Perth n'est qu'à 4000km en ligne directe, fin du voyage Down Under dans un mois.

R_

J34 / Auto-portrait : En route pour Perth

3 commentaires:

  1. Heureux d'apprendre que ton appréciation de la vie des aborigènes est devenue plus compréhensive.
    La rencontre des peuples et cultures est un affrontement perpétuel où prédomine souvent la loi du plus fort.
    Continue ton chemin à la découverte du vaste monde, c'est toujours un immense plaisir de lire tes excellents textes et superbes images.
    PapaGem

    RépondreSupprimer
  2. Billabong c'est quoi exactement ??? ici on voit cette insciption sur des T-shirt mais je pense pas que tu fasses de la pub pour les marques de fringues...
    PapaGem

    RépondreSupprimer
  3. Tu peux traduire billabong par mangrove je pense.

    RépondreSupprimer